C MINANA

  • Accueil
  • > textes
  • > ________________________________texte à méditer

10 mars, 2014

________________________________texte à méditer

Classé sous textes — daisy13 @ 8:35

123

Certaines  épreuves nous paraissent insurmontables et certains chagrins inconsolables.

S’imagine-t-on survivre à la perte d’un être cher?

Comment retrouver le goût à la vie quand celui ou celle que l’on aime nous a quitté (e)?

Est-il possible de surmonter les ravages d’une passion?

Ou d’endurer la maladie ou la déchéance,la sienne ou celle d’un proche?

Pour supporter le malheur, il faut l’avoir anticiper nous disent en substance les philosophes.

C’est en effet dans le bonheur que se prépare le malheur, tout comme c’est en été que l’on fait provision pour l’hiver.

Il faut donc se préparer au malheur, non pour l’attirer à soi mais pour l’envisager comme quelque chose de possible et avec lequel il faudra faire le cas échéant.

c’est en jouissant du bonheur présent que l’on prend, si l’on peut dire, des forces pour affronter les épreuves.

Le malheur qui peut frapper un individu peut frapper n’importe qui, rappelle Sénèque.

Manière de souligner que le malheur d’autrui est aussi un enseignement.

En soutenant ou en aidant des proches dans la peine, c’est soi-même que l’on aide à préparer un éventuel coup du sort.

On sait bien que les malheurs nous grandissent, même si ce genre de phrase paraît incongru lorsqu’on est plongé dans le désarroi et la peine. Pourtant il ne faut pas sous-estimer nos capacités à endurer les épreuves.

« Il n’est pas d’arbre que le vent n’ait secoué » disent les indiens.

Enfin malgré le malheur, il faut garder confiance. Confiance dans la vie, confiance dans les lendemains qui chantent et dans le renouveau.

3210306033_1_4_F7uz7FD8

Laisser un commentaire

ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
You're on my official's WEB... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | air du temps
| hikmaphilo
| civod